pour déraciner, pour démolir…mais aussi pour bâtir…

1 Paroles de Jérémie, fils de Hilkija, l’un des sacrificateurs d’Anathoth, dans le pays de Benjamin. 2 La parole de l’Eternel lui fut adressée au temps de Josias, fils d’Amon, Roi de Juda, la treizième année de son règne, 3 et au temps de Jojakim, fils de Josias, roi de Juda, jusqu’à la fin de la onzième année de Sédécias, fils de Josias, roi de Juda, jusqu’à l’époque où Jérusalem fut emmenée en captivité, au cinquième mois.
4 La parole de l’Eternel me fut adressée, en ces mots : 5 Avant que je t’eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein, je t’avais consacré, je t’avais établi Prophète des nations. 6 Je répondis : Ah ! Seigneur Eternel ! voici, je ne sais point parler, car je suis un enfant.
7 Et l’Eternel me dit : Ne dis Pas: Je suis un enfant. Car tu iras vers tous ceux auprès de qui je t’enverrai, et tu diras tout ce que je t’ordonnerai. 8 Ne les crains point, car je suis avec toi pour te délivrer, dit l’Eternel. 9 Puis l’Eternel étendit sa main, et toucha ma bouche; et l’Eternel me dit : Voici, je mets mes paroles dans ta bouche. 10 Regarde, je t’établis aujourd’hui sur les nations et sur les royaumes, pour que tu arraches et que tu abattes, pour que tu ruines et que tu détruises, pour que tu bâtisses et que tu plantes.
11 La parole de l’Eternel me fut adressée, en ces mots : Que vois-tu, Jérémie ? Je répondis : Je vois une branche d’amandier. 12 Et l’Eternel me dit : Tu as bien vu; car je veille sur ma parole, pour l’exécuter.
13 La parole de l’Eternel me fut adressée une seconde fois, en ces mots : Que vois-tu? Je répondis : Je vois une chaudière bouillante, du côté du septentrion. 14 Et l’Eternel me dit : C’est du septentrion que la calamité se répandra sur tous les habitants du pays. 15 Car voici, je vais appeler tous les peuples des royaumes du septentrion, dit l’Eternel; ils viendront, et placeront chacun leur siège à l’entrée des portes de Jérusalem, contre ses murailles tout alentour, Et contre toutes les villes de Juda. 16 Je prononcerai mes jugements contre eux, à cause de toute leur méchanceté, parce qu’ils m’ont abandonné et ont offert de l’encens à d’autres dieux, et parce qu’ils se sont prosternés devant l’ouvrage de leurs mains.
17 Et toi, ceins tes reins, lève-toi, et dis-leur tout ce que je t’ordonnerai. Ne tremble pas en leur présence, de peur que je ne te fasse trembler devant eux. 18 Voici, je t’établis en ce jour sur tout le pays comme une ville forte, une colonne de fer et un mur d’airain, contre les rois de Juda, contre ses chefs, contre ses sacrificateurs, et contre le peuple du pays. 19 Ils te feront la guerre, mais ils ne te vaincront pas; car je suis avec toi pour te délivrer, dit l’Eternel.

Je t’ai établi

1 1.1 Paroles : le mot hébreu a aussi le sens d’ événements ; il se rapporte aussi bien à l’histoire du prophète qu’à ses oracles proprement dits (cf. 51.64). – Jérémie : hébreu Yirmeyahou, qui signifie sans doute YHWH élève ou, selon certains, YHWH ouvre (le sein) ; cf. v. 5 ; sur la terminaison yahou, correspondant au nom divin YHWH inclus dans le nom de la personne, cf. Jg 17.1n. – Hilqiya : hébreu Hilqiyahou ; cf. 2R 22.4. – Anatoth (11.21-23 ; 32.7) , au pays de Benjamin (cf. 31.15n ; Jos 21.17s), à 5 km au nord de Jérusalem, est le lieu de résidence du clan sacerdotal d’Abiathar, qui a été exclu du service au temple (1R 2.26). Paroles de Jérémie, fils de Hilqiya, l’un des prêtres d’Anatoth, au pays de Benjamin.
2 1.2 lui parvint : litt. fut vers lui ; même formule en 14.1 ; 46.1 ; 47.1 ; 49.34 ; tournure presque identique v. 4,11,13 ; 2.1 etc. ; cf. Lc 3.1s. – Josias (≈ 640-609 av. J.-C.) ; hébreu Yo’shiyahou ; cf. 3.6 ; 36.2 ; cf. 22.10n,15ns ; 2R 21.24–23.30 ; So 1.1. – la treizième année ≈ 628/7 av. J.-C. ; cf. 25.3. La parole du Seigneur lui parvint aux jours de Josias, fils d’Amôn, roi de Juda, la treizième année de son règne ; 31.3 Joïaqim, second fils de Josias (609-598, cf. 22.10n-12 ; voir aussi 21.11n ; 22.13-19 ; 25.1 ; 26.1,21 ; 36.1 ; 2R 23.34–24.6). – Sédécias ou Mattania, demi-frère de Joïaqim, succède à son neveu Joïakîn ou Konias (13.18n ; 22.24-30 ; 37.1 ; 52.31-34), fils de Joïaqim, en 597 (2R 24.6-17) ; il sera le dernier roi de Jérusalem de 597 à 587/6 av. J.-C. (sa onzième année). Sur Sédécias ; cf. 21.1-10 ; 24.8 ; 28.1 ; 37.1–39.2 ; 51.59 ; voir aussi 2R 24.17–25.7. – cinquième mois 52.12-15 ; 2R 25.8ss.elle lui parvint encore aux jours de Joïaqim, fils de Josias, roi de Juda, jusqu’à la fin de la onzième année de Sédécias, fils de Josias, roi de Juda – jusqu’à l’exil de Jérusalem, au cinquième mois.
Dieu appelle Jérémie à devenir son prophète
4 1.4 V. 2n. La parole du Seigneur me parvint :
5 1.5 Avant : cf. 13.16 ; Es 42.9 ; 48.5 ; 66.7 ; Ps 39.14 ; 90.2 ; Pr 8.22ss. – que je ne te façonne 10.16 ; 51.19 ; cf. 18.6 ; Gn 2.7n ; Es 43.1 ; 44.2,21,24 ; 49.1,5 ; Ps 22.10 ; 33.15 ; 104.30 ; 139.13-16 ; Jb 10.8-12 ; dans les mss hébreux traditionnels, l’orthographe du verbe hébreu traduit par former rappelle un mot habituellement traduit par rocher ; certains en modifient la vocalisation traditionnelle pour lire que je te convoque ou que je te préserve (cf. Es 42.6n) ; cf. Sagesse 7.1 : « Je suis moi aussi (Salomon) un homme mortel, égal à tous, descendant du premier qui fut modelé de terre. Dans le ventre d’une mère, j’ai été sculpté en chair. » – de ta mère : sous-entendu dans le texte. – je t’avais distingué ou choisi, litt. connu ; cf. Gn 18.19 ; Ex 33.12 ; Os 13.5 ; Am 3.2 ; Jn 10.27 ; Rm 8.29. – consacré ou sanctifié, c.-à-d. mis à part pour et par le Dieu saint ; cf. 2.3 ; 12.3 ; 23.9 ; 25.30 ; 31.23 ; 50.29 ; 51.5 ; Lv 20.26 ; voir aussi Jg 13.5 ; Lc 1.15,35,41 ; Jn 10.36 ; 17.17,19 ; Ga 1.15 ; Ep 1.4. – prophète pour les nations v. 10+ ; Es 42.1 ; Ap 10.11. Avant que je ne te façonne dans le ventre de ta mère,
je t’avais distingué ;
avant que tu ne sortes de son sein,
je t’avais consacré :
je t’avais fait prophète pour les nations.
6 1.6 Ah ! Seigneur D ieu 14.13 ; Ez 4.14 ; 21.5. – je ne saurais pas parler : cf. Ex 4.10-12. – je suis trop jeune : litt. je suis un jeune homme ; le terme hébreu peut s’appliquer à un nourrisson (Ex 2.6) comme à un homme jeune (1S 14.1). Selon certains, Jérémie veut seulement dire qu’il n’a pas encore trente ans, l’âge de participer à la vie publique (cf. Lc 3.23) ; voir aussi Jg 6.14s ; 1S 3.18-20 ; 1R 3.7 ; Jb 32.4-8.Je répondis : Ah ! Seigneur Dieu, je ne saurais pas parler, je suis trop jeune !
7 1.7 Es 6.8ss ; Ez 2.3ss ; cf. Ac 18.9s ; 26.17. Mais le Seigneur me dit :
Ne dis pas : « Je suis trop jeune. »
Car tu iras vers tous ceux à qui je t’enverrai,
et tu diras tout ce que je t’ordonnerai.
8 1.8 N’aie pas peur d’eux Jos 1.9. – je suis avec toi v. 19 ; 15.20 ; 30.11 ; Gn 26.24 ; 28.15 ; Ex 3.12 ; Dt 2.7 ; Jg 6.12 ; Es 7.14n ; 41.10 ; So 3.14-18 ; Mt 28.20. – te délivrer : cf. 39.17s ; voir aussi 11.20 ; 45.5. – déclaration… : la formule correspondante est particulièrement fréquente dans le texte hébreu de Jérémie (près de la moitié des occurrences de toute la Bible) ; LXX l’omet souvent. N’aie pas peur d’eux,
car je suis avec toi pour te délivrer
– déclaration du Seigneur.
9 1.9 5.14 ; 15.19 ; cf. Ex 4.12,15 ; Dt 18.18ss ; Es 6.5-8 ; 51.16 ; Ez 2.8–3.3 ; Dn 10.16. Alors le Seigneur étendit la main et toucha ma bouche ; puis le Seigneur me dit : J’ai mis mes paroles dans ta bouche. 101.10 je te donne… autorité sur : la même expression hébraïque est aussi traduite par assigner à (15.3), nommer intendant de (cf. Gn 39.4 ; 40.4n). – les nations (v. 7+), y compris Juda ; cf. 5.9-29 ; 7.28 ; 9.8 etc. ; voir aussi 25.15-38 ; 27.1-11 ; 44.30 ; 46–51 ; Ac 9.15. – déraciner… 12.14-17 ; 18.7 ; 24.6 ; 31.28 ; 42.10 ; 45.4 ; cf. 52.14. – bâtir / planter : cf. 2.21 ; 11.17 ; 12.16n ; 18.9 ; 31.4 ; 32.41 ; 1Co 3.6,10 ; 2Co 10.8.Regarde, je te donne en ce jour autorité sur les nations et sur les royaumes pour déraciner, pour démolir, pour faire disparaître, pour raser, mais aussi pour bâtir et pour planter.
La branche d’amandier et la marmite bouillonnante
11 1.11 Que vois-tu v. 13 ; 24.3 ; Am 7.8 ; 8.2. – arbre-veilleur : le mot shaqéd, litt. qui veille ou qui s’éveille, est le nom hébreu de l’ amandier, qui est le premier arbre à fleurir au printemps (cf. Nb 17.23) ; il rappelle le verbe traduit par veiller au v. 12. La parole du Seigneur me parvint : Que vois-tu, Jérémie ? Je répondis : Je vois une branche d’amandier – de l’« arbre-veilleur ». 121.12 je veille (hébreu shoqéd v. 11n ; 5.6n ; cf. 31.28 ; Dn 9.14) sur ma parole… : cf. 31.28 ; 44.27 ; Dn 9.14 ; voir aussi Jr 23.29 ; 44.28s ; 51.62-64 ; Jos 23.14 ; 1S 3.19 ; Es 55.10s ; Ez 12.25 ; Ha 2.3 ; Mt 5.18 ; 2P 3.9.Et le Seigneur me dit : Tu as bien vu ; car je veille sur ma parole pour l’accomplir. 131.13 Que vois-tu ? v. 11+. – du côté du nord : litt. et sa face (est) en face du nord ; cf. v. 14n.La parole du Seigneur me parvint une deuxième fois : Que vois-tu ? Je répondis : Je vois une marmite qui bouillonne du côté du nord. 141.14 du nord : bien que l’Assyrie et la Babylonie soient plutôt à l’est du royaume d’Israël, les envahisseurs mésopotamiens contournaient toujours le désert et arrivaient par le nord ; cf. 3.12+ ; 4.6 ; 6.1,22 ; 10.22 ; 13.20 ; 15.12 ; 25.9 ; 46.10,20 ; 47.2 ; 50.3,41 ; 51.48 ; voir aussi Es 14.13n,31 ; Ez 38.14-16 ; Jl 2.20. – déferlera : litt. s’ouvre ; LXX semble avoir lu le même verbe que celui qui est traduit par bouillonne au v. 13 ; certains ont compris l’image d’une marmite sur un foyer avec une ouverture au nord pour attiser le feu. – pays : le même mot est aussi traduit par terre.Et le Seigneur me dit :
C’est du nord que le malheur déferlera
sur tous les habitants du pays.
15 1.15 les clans ou les familles ; même mot en 2.4 ; 8.3 ; 10.25 ; 15.3n ; 25.9 ; 31.1 ; 33.24 ; Gn 10.5ss ; cf. 12.3n ; Es 5.26. – son trône ou son siège ; cf. 39.3 ; 43.10. Oui, j’appelle tous les clans des royaumes du nord
– déclaration du Seigneur.
Ils viendront,
et chacun d’eux placera son trône
à l’entrée des portes de Jérusalem,
devant ses murailles, tout autour,
et devant toutes les villes de Juda.
16 1.16 jugements 4.12+. – le mal qu’ils font : litt. leur mal . – abandonné 2.13+. – encens : cf. 7.9 ; 11.12,17 ; 18.15 ; 19.4,13 ; 32.29 ; 33.18 ; 44.3,5,17s ; cf. 2R 22.17 ; Os 2.15 ; 4.13 ; 11.2. – d’autres dieux 7.6+. – l’œuvre de leurs mains 25.6+ ; Es 2.8 ; Ac 7.41. Je prononcerai mes jugements contre eux
à cause de tout le mal qu’ils font :
ils m’ont abandonné,
ils offrent de l’encens à d’autres dieux,
ils se prosternent devant l’œuvre de leurs mains.
17 1.17 tu passeras une ceinture… : c’est le geste de celui qui se prépare au combat ou à une entreprise difficile ; on pourrait aussi traduire tiens-toi prêt ; cf. (expressions diverses dans les textes) 1R 18.46 ; 2R 4.29 ; 9.1 ; Es 5.27 ; Jb 38.3 ; 40.7 ; Lc 12.35 ; voir aussi 2R 1.8. – Ne sois pas terrifié : cf. 10.2 ; 30.10 ; Mt 10.28. – de peur que… : cf. Es 7.9 ; Mt 13.12. Quant à toi, tu passeras une ceinture à tes reins,
tu te lèveras et tu leur diras tout ce que, moi, je t’ordonnerai.
Ne sois pas terrifié par eux,
de peur que je ne te terrifie devant eux.
18 1.18 15.20 ; cf. Es 50.7 ; Ez 3.8 ; Mi 3.8. – rois… 2.26+. – peuple du pays : l’expression semble ici désigner, en particulier, les propriétaires terriens de Juda et (peut-être) la bourgeoisie de Jérusalem ; elle s’applique souvent à l’assemblée des hommes libres d’une communauté dans l’exercice de leurs droits civiques ; cf. 34.19 ; 37.2 ; 44.21 ; 52.25 ; Gn 23.7n ; Lv 20.2,4 ; Nb 14.9 ; 2R 11.14ss ; 21.24 ; 23.30 ; voir aussi 14.21 ; elle a quelquefois un sens manifestement plus large, englobant tous les nationaux (Lv 4.27 ; 2R 24.14 ; Ag 2.4 ; Za 7.5 ; Dn 9.6) ; voir aussi, dans un sens différent, Esd 3.3n. Moi, aujourd’hui, j’ai fait de toi une ville forte,
une colonne de fer, une muraille de bronze,
face à tout le pays :
devant les rois de Juda et ses princes,
ses prêtres et le peuple du pays.
19 1.19 je suis avec toi… v. 8+. Ils te feront la guerre,
mais ils ne l’emporteront pas sur toi,
car je suis avec toi – déclaration du Seigneur – pour te délivrer.

l’Éternel m’a conduit vers Sa Loi et vers la liberté

14 Novembre

La direction divine

Moi-même, pendant mon voyage, l’Éternel m’a conduit… Genèse 24, v. 27.

Nous devons arriver à une communion si étroite avec Dieu que nous n’ayons plus à lui demander continuellement sa direction. Notre sanctification est la preuve que nous sommes enfants de Dieu, et la vie normale d’un enfant, c’est l’obéissance. Quand l’envie le prend de désobéir, aussitôt sa conscience l’avertit. Dans le domaine spirituel, l’avertisseur, c’est le Saint-Esprit. Quand il nous dit : « Stop ! » nous devons nous arrêter aussitôt, et rechercher ce qui doit être corrigé, de façon à discerner clairement la volonté de Dieu. Si nous sommes nés de l’Esprit, nous ne devrions pas demander sans cesse à Dieu sa direction. « Le Seigneur m’a conduit », dirons-nous, et en regardant en arrière, nous verrons le plan admirable que Dieu a lui-même tracé.

Nous n’avons pas de peine à voir la main de Dieu dans les événements exceptionnels, mais nous devons apprendre à reconnaître Dieu dans les petits détails de notre vie. Ne pensez jamais que le hasard soit autre chose que la manifestation de la volonté de Dieu, et soyez prêt à découvrir en tout ce qui vous arrive la main divine.

Prenez garde de ne pas vous faire une idole de la fermeté de vos convictions pour l’opposer à votre fidélité à Dieu. « Je ne ferai jamais cela », dites-vous, mais vous le ferez certainement si Dieu l’ordonne. Personne n’a paru plus inconséquent que le Seigneur, mais il n’a jamais été inconséquent avec son Père. La logique chrétienne ne vient pas d’un principe, mais de la vie divine. C’est cette vie en nous qui, à tout moment, nous révèle la volonté de Dieu. Il est plus facile d’être un fanatique qu’un vrai fidèle, car être fidèle à Dieu peut être extrêmement humiliant.

 

Autorité et Révélation

L’autorité de la révélation

Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. (Jacques 4:8)


Il est très important de donner à tous l’occasion de mettre en pratique chaque vérité divine. Nous ne pouvons le faire pour eux, la responsabilité leur en est laissée. Ils doivent agir délibérément car le message de l’Évangile doit toujours pousser à l’action. Le refus d’agir est une paralysie qui laisse l’homme inchangé ; mais celui qui agit n’est plus jamais le même. Cela semble être une folie, et c’est ce qui retient tant de personnes qui pourtant ont été convaincues par le Saint-Esprit. À l’instant même où je me lance dans l’action, je vis enfin, alors qu’auparavant je végétais. Lorsque toute ma volonté s’élance vers l’action, je vis véritablement.

Chaque fois qu’une vérité divine vous est révélée, mettez-la en pratique, pas nécessairement en agissant aussitôt, mais en prenant une ferme résolution d’agir, un engagement écrit. Alors, l’enfant de Dieu le plus faible, est affranchi de sa faiblesse ; toute la merveilleuse puissance de Dieu vient en lui. Quand la vérité divine nous apparaît d’abord, nous reconnaissons nos fautes, mais nous y retombons souvent ; nous connaissons ainsi des hauts et des bas, jusqu’à ce que nous comprenions que nous ne devons plus reculer. Il nous faut saisir une parole de notre Seigneur et Sauveur, et nous en servir pour passer un contrat avec lui. C’est la pensée du Seigneur, quand il nous dit : « Venez à moi », il veut dire, « liez-vous à moi par un contrat ». Nous avons du mal à nous y décider. Mais celui qui se décide enfin voit à l’instant même la vie divine envahir son coeur. La puissance de domination du monde, de notre « moi », de Satan, est paralysée, non par l’acte lui-même, mais par la puissance divine que cet acte a déclenchée.

Triompher en Christ

2 Corinthiens 2 : 14

14 Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ, et qui répand par nous en tout lieu l’odeur de sa connaissance !

Dans notre travail Pour Dieu, nous ne devons pas nous contenter de faire le mieux Possible, mais nous devons viser toujours plus haut. Veillez à garder fermement l’idéal divin. Jour après jour, heure après heure, notre effort doit être continu, incessant. Aucun Pouvoir humain ne doit nous en détourner . 

Ce qu’il ne nous faut jamais perdre de vue, c’est que nous n’existons que pour être les captifs du Christ, enchaînés à son char de triomphe. Nous ne sommes pas destinés à figurer dans une exposition de chefs-d’oeuvre ; nous devons seulement montrer aux hommes que nous sommes à tous les points de vue des captifs de Jésus-Christ. Ne disons pas :  » Me voilà seul à combattre pour Jésus-Christ « , ou:  » Je dois soutenir la cause de Jésus et défendre cette forteresse pour lui.  » Paul dit:  » Je fais partie du cortège du vainqueur, et quelles que soient les difficultés, je triomphe toujours en lui.  » Est-ce que cette pensée se traduit dans notre vie quotidienne ? 

La joie profonde de Paul venait de ce que Dieu l’avait saisi, lui, le persécuteur sanguinaire, l’ennemi de Jésus-Christ, et fait de lui son prisonnier pour toute la vie. En dehors de cela rien, ni dans le ciel, ni sur la terre, ne lui semblait digne d’intérêt. Un chrétien devrait avoir honte de parler des victoires qu’il a remportées. Il n’y a qu’un Vainqueur et nous lui appartenons si complètement que nous participons continuellement à sa victoire, c’est par Lui que nous sommes plus Que vainqueurs. 

Nous sommes, pour Dieu,  » la bonne odeur de Christ « . Etant enveloppés de ce parfum, nous pourrons être partout où nous irons, agréables à notre Dieu .

Deutéronome 4:1 Et maintenant, Israël, écoute les statuts et les ordonnances que je vous enseigne, pour les pratiquer, afin que vous viviez, et que vous entriez dans le pays que l’Éternel, le Dieu de vos pères, vous donne, et que vous le possédiez. 2 Vous n’ajouterez rien à la parole que je vous commande, et vous n’en retrancherez rien, afin de garder les commandements de l’Éternel, votre Dieu, que je vous commande.
3 Vos yeux ont vu ce que l’Éternel a fait à cause de Baal-Péor; car tout homme qui était allé après Baal-Péor, l’Éternel, ton Dieu, l’a détruit du milieu de toi; 4 et vous qui vous êtes tenus attachés à l’Éternel, votre Dieu, vous êtes tous vivants aujourd’hui.
5 Regarde, je vous ai enseigné les statuts et les ordonnances, comme l’Éternel, mon Dieu, me l’a commandé, afin que vous fassiez ainsi au milieu du pays où vous allez entrer pour le posséder. 6 Et vous les garderez et les pratiquerez; car ce sera là votre sagesse et votre intelligence aux yeux des peuples qui entendront tous ces statuts et diront: Quel peuple sage et intelligent que cette grande nation!
7 Car quelle est la grande nation qui ait Dieu près d’elle, comme l’Éternel, notre Dieu, est près de nous, dans tout ce pour quoi nous l’invoquons? 8 Et quelle est la grande nation qui ait des statuts et des ordonnances justes, comme toute cette loi que je mets aujourd’hui devant vous?
9 Seulement, prends garde à toi et garde soigneusement ton âme, de peur que tu n’oublies les choses que tes yeux ont vues, (et afin que, tous les jours de ta vie, elles ne s’éloignent pas de ton coeur, mais que tu les fasses connaître à tes fils et aux fils de tes fils), 10 le jour où tu te tins devant l’Éternel, ton Dieu, à Horeb, quand l’Éternel me dit: Assemble-moi le peuple, et je leur ferai entendre mes paroles, qu’ils apprendront pour me craindre tous les jours qu’ils seront vivants sur la terre, et qu’ils enseigneront à leurs fils; 11 alors vous vous approchâtes et vous vous tîntes au bas de la montagne (et la montagne était brûlante de feu jusqu’au coeur des cieux,… ténèbres, nuées, et profonde obscurité), 12 et l’Éternel vous parla du milieu du feu; vous entendiez la voix de ses paroles, mais vous ne vîtes aucune forme, seulement vous entendiez une voix. 13 Et il vous déclara son alliance, qu’il vous commanda de pratiquer, les dix paroles; et il les écrivit sur deux tables de pierre.
14 Et l’Éternel me commanda, en ce temps-là, de vous enseigner des statuts et des ordonnances, pour que vous les pratiquiez dans le pays dans lequel vous allez passer pour le posséder.
15 Et vous prendrez bien garde à vos âmes (car vous n’avez vu aucune forme au jour où l’Éternel vous parla du milieu du feu, à Horeb), 16 de peur que vous ne vous corrompiez, et que vous ne vous fassiez quelque image taillée, la forme d’une image quelconque, la figure d’un mâle ou d’une femelle, 17 la figure de quelque bête qui soit sur la terre, la figure de quelque oiseau ailé qui vole dans les cieux, 18 la figure de quelque reptile du sol, la figure de quelque poisson qui soit dans les eaux, au-dessous de la terre; 19 et de peur que tu ne lèves tes yeux vers les cieux et que tu ne voies le soleil, et la lune et les étoiles, toute l’armée des cieux, et que tu ne te laisses séduire et ne te prosternes devant eux, et ne les serves: lesquels l’Éternel, ton Dieu, a donnés en partage à tous les peuples, sous tous les cieux. 20 Mais vous, l’Éternel, vous a pris, et vous a fait sortir d’Égypte, de la fournaise de fer, afin que vous soyez le peuple de sa possession, comme vous l’êtes aujourd’hui. 21 Et l’Éternel s’irrita contre moi, à cause de vous, et il jura que je ne passerais pas le Jourdain et que je n’entrerais pas dans le bon pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne en héritage; 22 car, pour moi, je mourrai dans ce pays, je ne passerai pas le Jourdain; mais vous allez le passer, et vous posséderez ce bon pays. 23 Prenez garde à vous, de peur que vous n’oubliiez l’alliance de l’Éternel, votre Dieu, qu’il a traitée avec vous, et que vous ne vous fassiez une image taillée, la forme d’une chose quelconque,-ce que l’Éternel, ton Dieu, t’a commandé de ne pas faire. 24 Car l’Éternel, ton Dieu, est un feu consumant, un *Dieu jaloux.
25 Quand tu auras engendré des fils et des petits-fils, et que vous aurez vécu longtemps dans le pays, et que vous vous serez corrompus, et que vous vous aurez fait une image taillée, la forme d’une chose quelconque, et que vous aurez fait ce qui est mauvais aux yeux de l’Éternel, ton Dieu, pour le provoquer à colère, 26 j’appelle aujourd’hui à témoin contre vous les cieux et la terre, que vous périrez bientôt entièrement de dessus le pays où, en passant le Jourdain, vous entrez afin de le posséder; vous n’y prolongerez pas vos jours, car vous serez entièrement détruits. 27 Et l’Éternel vous dispersera parmi les peuples; et vous resterez en petit nombre parmi les nations où l’Éternel vous mènera. 28 Et vous servirez là des dieux, ouvrage de mains d’homme, du bois et de la pierre, qui ne voient, ni n’entendent, ni ne mangent, ni ne flairent. 29 Et de là vous chercherez l’Éternel, ton Dieu; et tu le trouveras, si tu le cherches de tout ton coeur et de toute ton âme. 30 Dans ta détresse, et lorsque toutes ces choses t’auront atteint, à la fin des jours, tu retourneras à l’Éternel, ton Dieu, et tu écouteras sa voix. 31 Car l’Éternel, ton Dieu, est un *Dieu miséricordieux, il ne t’abandonnera pas et ne te détruira pas; et il n’oubliera pas l’alliance de tes pères, qu’il leur a jurée.
32 Car, enquiers-toi donc des premiers jours, qui ont été avant toi, depuis le jour où Dieu a créé l’homme sur la terre, et d’un bout des cieux jusqu’à l’autre bout des cieux, si jamais il est rien arrivé comme cette grande chose, et s’il a été rien entendu de semblable. 33Est-ce qu’un peuple a entendu la voix de Dieu parlant du milieu du feu, comme toi tu l’as entendue, et est demeuré en vie? 34 Ou Dieu a-t-il essayé de venir prendre pour lui une nation du milieu d’une nation, par des épreuves, par des signes, et par des prodiges, et par la guerre, et à main forte, et à bras étendu, et par de grandes terreurs, selon tout ce que l’Éternel, votre Dieu, a fait pour vous en Égypte, sous tes yeux? 35 Cela t’a été montré, afin que tu connusses que l’Éternel est Dieu, et qu’il n’y en a point d’autre que lui. 36Des cieux, il t’a fait entendre sa voix pour t’instruire, et, sur la terre, il t’a fait voir son grand feu, et tu as entendu ses paroles du milieu du feu. 37 Et parce qu’il a aimé tes pères, et qu’il a choisi leur semence après eux, il t’a fait sortir d’Égypte par sa face, par sa grande puissance, 38 pour déposséder devant toi des nations plus grandes et plus fortes que toi, pour t’introduire dans leur pays, afin de te le donner en héritage, comme il paraît aujourd’hui. 39 Sache donc aujourd’hui, et médite en ton coeur, que l’Éternel est Dieu dans les cieux en haut, et sur la terre en bas: il n’y en a point d’autre. 40 Et garde ses statuts et ses commandements que je te commande aujourd’hui, afin que tu prospères, toi et tes fils après toi, et que tu prolonges tes jours sur la terre que l’Éternel, ton Dieu, te donne, pour toujours.
41 Alors Moïse sépara trois villes, en deçà du Jourdain, vers le soleil levant, 42 afin que l’homicide qui aurait tué son prochain sans le savoir, et qui ne l’aurait pas haï auparavant, s’y enfuît, et que, s’enfuyant dans l’une de ces villes-là, il vécût: 43 Bétser, dans le désert, sur le plateau, qui est aux Rubénites; et Ramoth, en Galaad, qui est aux Gadites; et Golan, en Basan, qui est aux Manassites.
44 Et c’est ici la loi que Moïse plaça devant les fils d’Israël; 45 ce sont ici les témoignages, et les statuts, et les ordonnances que Moïse exposa aux fils d’Israël, à leur sortie d’Égypte, 46 en deçà du Jourdain, dans la vallée vis-à-vis de Beth-Péor, dans le pays de Sihon, roi des Amoréens, qui habitait à Hesbon, que Moïse et les fils d’Israël frappèrent à leur sortie d’Égypte; 47 et ils possédèrent son pays, et le pays d’Og, roi de Basan, deux rois des Amoréens, qui étaient en deçà de Jourdain, vers le soleil levant, 48 depuis Aroër qui est sur le bord du torrent de l’Arnon, jusqu’à la montagne de Scion qui est l’Hermon, 49 et toute la plaine en deçà du Jourdain, vers le levant et jusqu’à la mer de la plaine, sous les pentes du Pisga.

Tiens-toi fermement…

Proverbe 4:1 Ecoutez, mes enfants, l’instruction d’un père, soyez attentifs pour acquérir du discernement. 2 Car c’est une bonne éducation que je vous donne. N’abandonnez pas mes enseignements,
3 car j’ai été, moi aussi, un fils pour mon père, et ma mère me chérissait comme un enfant unique. 4 Mon père m’a enseigné et m’a dit : « Que ton coeur retienne mes paroles, obéis à mes commandements, et tu vivras. 5 Acquiers la sagesse et l’intelligence, n’oublie pas ce que je t’ai dit et ne t’écarte pas de mes recommandations. 6 N’abandonne pas la sagesse, et elle te gardera, aime-la, et elle te protégera.
7 Voici le début de la sagesse : acquiers la sagesse, procure-toi le discernement au prix de tout ce que tu possèdes. 8 Tiens-la en haute estime, et elle t’élèvera. Si tu t’attaches à elle, elle te mettra en honneur. 9 Elle posera une belle couronne sur ta tête, elle t’ornera d’un diadème magnifique. »
10 Mon fils, écoute-moi et reçois mes paroles, ainsi tu prolongeras ta vie. 11 C’est la voie de la sagesse que je t’enseigne. Je te guide vers de droits chemins. 12 Si tu y marches, tes pas ne seront pas gênés, et si tu y cours, tu ne trébucheras pas.
13 Tiens-toi fermement à l’éducation qui t’a été donnée, ne la rejette pas. Restes-y attaché, car ta vie en dépend. 14 Ne t’engage pas dans la voie des méchants, ne suis pas l’exemple de ceux qui font le mal. 15 Eloigne-toi de leur sentier, ne t’y aventure pas, écarte-toi d’eux et va ton chemin. 16 Car ces gens-là ne dormiraient pas s’ils n’avaient pas fait quelque chose de mal, ils perdraient le sommeil s’ils n’avaient causé la chute de quelqu’un. 17 Ils se nourrissent du pain de la méchanceté et boivent le vin de la violence.
18 Le sentier des justes est comme la lumière de l’aurore dont l’éclat ne cesse de croître jusqu’en plein jour. 19 La route des méchants, elle, est plongée dans l’obscurité : ils n’aperçoivent pas l’obstacle qui les fera tomber.
20 Mon fils, sois attentif à mes paroles, prête l’oreille à ce que je dis, 21 ne perds pas de vue mes conseils. Garde-les au fond de ton coeur, 22 car ils apportent la vie à ceux qui les accueillent, et ils assurent la santé du corps.
23 Par-dessus tout : veille soigneusement sur ton coeur, car il est à la source de tout ce qui fait ta vie.
24 Garde-toi de prononcer des paroles mauvaises : rejette les propos méchants. 25 Regarde les gens bien en face, et que ton regard soit dirigé droit devant toi.
26 Prépare ton chemin avant de t’y engager, et emprunte des routes sûres. 27 Ne t’en écarte ni à droite ni à gauche, détourne ton pied du mal.